Un conseil ?
service client03 39 25 00 25
Notre service client
drapeau france drapeau suisse drapeau belge drapeau canada
rejoignez-nous
Happy HoursAccueil 1 bisAccueil 2 FR/BE
Consultation en
4 ETAPES
1
Je crée un
compte
2
Je choisis
mon forfait
3
Je choisis
mon voyant
4
Je réalise
ma consultation
publié le : 09 Janvier 2017Catégorie : Les grands voyants de l'Histoire

Didier Derlich, une étoile filante dans le monde de la voyance

Affiche du voyant et medium Didier Derlich pour RTL

Astrologue et medium renommé, Didier Derlich a marqué le monde de la voyance d’une pierre blanche. Rendu célèbre grâce à ses interventions dans les émissions « Sacrée Soirée » et « Studio Gabriel » dans les années 90, ce voyant au regard saisissant a vécu un destin flamboyant.

Celles et ceux qui sont nés avant les années 90 se souviennent sans aucun doute de Didier Derlich. À cette époque, ce jeune homme donnait sa météo astrale dans les émissions à succès « Sacrée Soirée » et « Studio Gabriel », aux côtés de Jean-Pierre Foucauld et Michel Drucker.

Sur les ondes de la radio RTL, Didier Derlich était également présent dans l’émission « Studio 22 » où il répondait directement, grâce à sa faculté de voyance pure, aux questions des auditeurs.

Cet homme qui voyait dans le temps avec une précision indéniable, est devenu une star médiatique.

Sacré « plus jeune voyant de France », il a profité de son aura pour dépoussiérer le monde de la voyance, qu’il trouvait suranné et parfois grotesque.

Didier Derlich a vécu une vie riche en rencontres et en émotions.

Le medium Didier Derlich en couverture de Paris Match

plus jeune voyant de France

Savait-il que son passage sur terre serait de courte durée ? Car Didier Derlich, qui a été contaminé par le virus du Sida, est décédé en l’an 2000. À l’âge de 35 ans, ce medium exceptionnel qui est resté humble et fidèle à lui-même, est parti rejoindre les étoiles.

Une enfance troublée

Didier Derlich est né le 22 avril 1965 à Moulins, dans le département de l’Allier. Sa mère était rédactrice à la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales et son père avait en charge l’installation des premières enseignes Carrefour dans le Sud de la France.

Le couple allait mal. Didier Derlich avait cinq ans, lorsque son père a quitté leur foyer. Son petit frère était âgé de deux ans.

Ce départ soudain l’a rendu adulte et autonome avant l’heure.

Enfant, il avait déjà ce regard particulier, rempli de maturité et de profondeur. Après cette rupture familiale, Didier Derlich a vécu avec son frère chez un oncle. Puis il a été envoyé en pension dans une école religieuse à Moulins. Dans ce milieu sobre, il a retrouvé un esprit de famille qui lui avait tant manqué.

Dès ses jeunes années, Didier Derlich a eu la sensation de pressentir les événements, à travers des petits faits du quotidien.

Cela agaçait sa mère, qui en ce temps-là, mettait ces drôles de ressentis sur le compte du hasard. Son petit frère s’amusait de ses annonces. D’ailleurs, au fil des années, il l’a pris pour un magicien, un héros.

Adulte, le petit frère est devenu rugbyman professionnel et il a toujours sollicité son grand frère pour ses dons de voyance. Il l’admirait profondément.

Un homme a joué un rôle essentiel dans sa vie : son grand-père. Celui-ci avait un caractère autoritaire mais bienveillant. Ce grand–père n’était pas comme le commun des mortels : sourcier, il trouvait l’eau mais il était aussi sollicité pour retrouver des objets perdus ou pour apporter ses ressentis.

Didier Derlich a réalisé que lui aussi était capable de « trouver » l’eau ou de connaître des réponses, mais il n’avait pas besoin de pendule. Il savait d’instinct. Des images défilaient devant ses yeux sans crier gare.

Ingénieur agronome, le grand-père de Didier Derlich vivait à cent mètres de chez lui.

L’un des moments forts de l’enfance de Didier Derlich est lié à la mort de son grand-père.

Un soir de l’année 1975, il a ressenti que son grand-père allait très mal. Il a poussé sa mère à se rendre chez lui. Son ressenti s’est avéré exact. Son grand-père est mort quelques heures plus tard.

Dès lors, la mère de Didier Derlich a commencé à croire aux intuitions de son fils. Par la suite, elle est devenue sa plus fidèle consultante, ce qui avait parfois le don d’agacer son fils…

Le temps de la contruction

La vie du jeune Didier Derlich n’a pas été un long fleuve tranquille. À l’âge de 11 ans, il a déménagé avec sa mère et son frère à Paris.

À l’aube de l’adolescence, il a découvert les cartes divinatoires.

Il les a apprivoisées, en laissant de côté les méthodes traditionnelles de tirage.

Puis le hasard faisant bien les choses, il est tombé fou d’amour pour le Tarot de Marseille. Chaque lame l’inspirait, déclenchait en lui des ribambelles de flashs. Le Tarot de Marseille est devenu son fidèle compagnon de route, même si Didier Derlich a de tout temps fonctionné en voyance pure.

C’est à cette époque que Didier Derlich a découvert le monde opaque de la voyance. Sa mère consultait beaucoup.

Chaque lame l’inspirait, déclenchait en lui des ribambelles de flashs

Didier Derlich l’accompagnait à ses consultations. Fin observateur, il a pu prendre le pouls de cette profession. Rapidement, il a pris conscience qu’il y avait beaucoup de charlatans dans ce milieu et que les mises en scène cachaient parfois un manque de réel don.

Ces professionnels de la voyance qui recevaient sa mère savaient-ils que le jeune garçon voyait dans le temps, sans aucun support ?

Plusieurs personnes l’ont tout de même interpellé, notamment un voyant parisien qui était en fait acteur.

Cet homme donnait quelques consultations ici et là, en toute discrétion. Didier Derlich disait qu’il était comme « le Serge Gainsbourg de la voyance », tant son allure et son charisme pouvaient impressionner.

Ce voyant très spirituel a pris Didier Derlich sous son aile. Durant plusieurs années, il lui a appris à canaliser ses ressentis et à se positionner lors d’une consultation.

Il fut un maitre pour cet apprenti qui allait devenir l’un des plus grands voyants de sa génération.

Le passage à l’âge adulte

Après son Bac, Didier Derlich s’est inscrit en faculté de psychologie. Mais comme il l’expliquait dans son livre « Medium », il n’a que rarement mis les pieds à la Fac. Sa mère repartie à Moulins avec son petit frère, Didier Derlich a goûté aux joies de la vie nocturne parisienne. Le jour, il travaillait au Ministère de l’Intérieur. Il était sous contrat comme agent d’accueil et il a pu travailler sa voix.

Son destin lui a alors fait de l’œil. Un jour, alors qu’il était à un tabac-presse, il est tombé sur la carte de visite d’une astrologue, Elise Roy. Quelques mois plus tard, il l’a rencontré. Cette femme, âgée de 35 ans, était d’une beauté renversante.

Durant cinq heures, elle lui a parlé de sa destinée et d’astrologie.

Le courant a passé et Didier Derlich est tombé dans le chaudron de l’astrologie. Durant des mois et des mois, Elise Roy lui a enseigné cette pratique ancestrale. Lié par la même énergie, ils ont ensuite travaillé ensemble et ont créé la société Trigone, astrologue parfumeur. Le principe de leur projet était révolutionnaire : des parfums étaient créés selon le signe, l’ascendant et les influences astrologiques de chaque personne.

Pour vendre leur concept, Didier Derlich a tapé aux portes des medias et il est parti en immersion dans les lieux branchés de la capitale. La société Trigone captait l’attention mais les grandes marques ont réussi à faire barrage.

Didier Derlich était un jeune homme qui voulait avancer. Son esprit novateur ne s’est pas laisser déstabiliser par cet échec.

Il savait au fond de lui qu’il était prêt à exercer la voyance de manière professionnelle. Alors il s’est lancé.

Il a commencé à recevoir ses consultants dans un studio aux Buttes-Chaumont. Sortant beaucoup, il était entouré d’artistes, de stylistes. Ses amis ont été ses meilleurs agents de presse.

Une femme lui a notamment permis d’entrer en contact avec des industriels et des mécènes. Grâce à elle, il a pu rencontrer Michel Axe, qui était couturier, homme d’affaires et propriétaire du restaurant Le City Rock. Cet homme avisé possédait la Radio Show. Il a invité Didier Derlich à venir sur son antenne. Ce fut le début d’une belle aventure. À chaque émission, le voyant répondait à des centaines d’auditeurs.

Ces rencontres ont permis à Didier Derlich d’assoir sa notoriété. Jean-Paul Barkoff, attaché de presse incontournable de l’époque, a pris en main la carrière du medium.

Il l’a fait entrer à la radio RTL. Avec l’émission « Intuitions », Didier Derlich s’est fait un nom. Les auditeurs étaient au rendez-vous.

Affiche pour l'émission de radio intuitions dans laquelle était Didier Derlich grand voyant et médium

Puis c’est la télévision qui lui a ouvert ses portes. Il a enchainé les émissions : « L’Académie des Neuf », « C’est aujourd’hui demain » sur FR3 sous la houlette de Guy Lux. Ses amis comme Amanda Lear ou Marie-Laure Augry l’ont aidé à monter encore plus haut.

Le succès aidant, Didier Derlich s’est installé avenue George V à Paris. Son voisin de palier n’était autre que Denis Taranto, un homme de communication et de scoop, qui connaissait bien les célébrités de son temps comme Ornella Mutti ou Mickey Rourke.

Conscient que Didier Derlich était un homme à part, il a décidé de peaufiner son image et de lui faire gravir de nouveaux sommets.

Didier Derlich a ainsi été invité sur M6 dans l’émission « Voyons ça ensemble ».

Le medium arrivait au zénith de sa carrière. Il est devenu l’astrologue tant écouté dans l’émission à succès « Sacrée Soirée », animée par Jean-Pierre Foucault sur TF1. Michel Drucker l’a aussi invité sur les plateaux de « Studio Gabriel » mais cette ascension a été freinée par la maladie.

En effet, Didier Derlich était séropositif depuis 1991 et il a choisi de révéler publiquement sa maladie en octobre 1995 sur l’antenne de RTL. Son courage et sa franchise ont été salués par tous. Il a d’ailleurs raconté cette expérience de vie dans son livre « Le vivre pour le croire » en 1997.

De plus en plus affaibli par cette cruelle maladie, il est reparti vivre sur ses terres natales dans l’Allier.

Didier Derlich a perdu son combat contre le Sida le 4 août 2000 à l’hôpital américain à Paris. Il avait 35 ans.

Source : Livre « Medium » de Didier Derlich, éditions L’instant.

A bientôt pour un nouvel article ! Anne Bouquet


Retour à la liste des articles