La précognition : description et caractéristiques de la connaissance intuitive du futur

voyante concentrée sur sa précognition

La précognition, appelée aussi prescience, est la faculté propre à certains individus de percevoir par l’esprit des informations relatives à des faits futurs, et ce, de manière intuitive, spontanée ou délibérée, sans que cette connaissance anticipée de l’avenir ne vienne s’appuyer sur une déduction scientifique.

Le sujet prescient est généralement appelé voyant, mais il peut aussi être un « médium ».

Nous allons examiner ses caractéristiques majeures ainsi que l’état des recherches scientifiques autour de cette faculté peu explorée du point de vue biologique et médical.

Caractéristiques de la précognition

La précognition a trois caractéristiques bien spécifiques : la temporalité(le futur) est imprécise, elle se forme à l’intérieur d’une conscience et est donc fondamentale subjective, et se manifeste d’abord spontanément avant d’être actionnée par la volonté.

Une temporalité indécise

La temporalité concernée par la précognition est le futur. Celui-ci, naturellement indéterminé, consiste en tout événement dont le déroulement prendra place, dans l’axe du temps, à un instant postérieur au moment présent. Son éloignement peut varier de quelques secondes à plusieurs décennies, ou siècles.

Le sujet prescient a ainsi une vision d’une portée variable : il peut « voir » à court, moyen ou (très) long terme. Cette spécificité varie d’un individu à l’autre, et systématiquement d’une vision à l’autre.

La datation, en voyance, est de fait très difficile. De là cette temporalité indécise, aux contours flous, qui entoure toute prédiction. Car le voyant, faut-il le rappeler, n’est pas une machine à prédire produisant des flashs préformatés. Le futur qu’il voit est de fait pour lui très difficile à circonscrire dans les limites de la temporalité calendaire. Il sait que l’événement doit se produire, et peut déduire du contexte ou des personnes aperçues dans sa vision la proximité ou l’éloignement temporel.

Ensuite, au cœur de la précognition, tout est affaire de ressenti mais parfois aussi de déduction : les saisons peuvent être inférées de l’environnement, de la lumière, et même des conditions météorologiques qui entourent le flash.

Enfin, l’amplitude de l’éloignement temporel, se ressent. A la manière d’une personne qui regarde l’horizon et ressent l’espace qui le sépare de tel ou tel point ou objet discerné, le voyant regarde l’horizon temporel et ressent la temporalité qui le sépare du futur contemplé.

Subjectivité de ce mode de connaissance

La précognition est éminemment subjective. Tout d’abord parce qu’elle se forme à l’intérieur de l’esprit du sujet psi (le voyant ou le médium), qui se fait l’interprète de ce qu’il voit.

Et ce qu’il voit, sa vision donc, passe par sa conscience. Celle-ci est le produit de son époque, et à ce titre elle est modelée par la culture, les valeurs, les croyances qui la traversent. Certes, il voit des événements, des faits précis, mais leur réception, et même leur description, est opérée par une conscience qui ne peut entièrement se dégager de la gangue de son époque. Et l’époque pèse d’autant plus sur l’interprétation que l’objet de la vision est éloigné dans le temps. Cet aspect doit être pris en compte.

Pour prendre un exemple plus parlant, imaginez un(e) voyant(e) du début du 20ème siècle qui verrait une fusée décoller. Comment ce dernier pourrait-il comprendre de quoi il s’agit, sachant qu’il ne possède pas la grille de lecture pour comprendre l’objet de cette invention ? Ne pourrait-il pas la confondre avec le lancement d’une ogive, d’un missile ?

Appliquez cet exemple aux subtilités de la vie sociale, amoureuse, d’une personne venue le consulter et qu’il ne connaissait pas la minute d’avant, et vous comprendrez la difficulté pour lui d’interpréter ce qu’il prédit.

Aucune interprétation n’est parfaitement objective. La précognition est un mode d’acquisition de la connaissance du futur qui comporte une grande part de subjectivité.

Une manifestation spontanée ou recherchée ?

La précognition est un mode de prédiction du futur avant tout spontané. Tout voyant commence par « subir » les visions qu’il reçoit. Avant qu’il ne devienne un professionnel de la voyance, celles-ci apparaissent de manière imprévisible, le jour sous la forme de flashs ou d’intuitions précises, la nuit sous la forme de rêves prémonitoires, bien sûr sans qu’il ne les sollicite dans son esprit ni ne puisse les identifier, comme telles – à savoir des prédictions.

Pour lui ce sont de simples pensées spontanées, ou des rêves comme tout un chacun en fait tous les jours. Certains ne comprennent jamais qu’ils ont le don, et celui-ci s’amenuise et s’éteint petit à petit. D’autres, soit parce qu’ils ont vu leurs prédictions se confirmer, soit parce qu’un membre de leur famille est un(e) voyant(e), comprennent ce qui se passe et apprennent à apprivoiser cette faculté.

Ceux-ci tâtonnent, lisent des ouvrages spécialisés, s’éduquent ou se font aider par un proche. En eux le don grandit.

La précognition se manifeste donc d’abord spontanément. Puis, une fois que la faculté est comprise et « maîtrisée », si tant est qu’elle puisse être maîtrisée, pouvoir lire l’avenir et prédire les événements futurs vont être des capacités sollicitées activement.

Le voyant va rechercher le futur, un peu à la manière de quelqu’un qui plisse les yeux pour voir au loin et discerner quelque chose de tout petit. Il va se concentrer, diriger son esprit sur le futur et tenter de « voir » ce qu’il contient.

La précognition est-elle prouvée scientifiquement ?

La précognition a fait l’objet de nombreuses études scientifiques, certaines visant à prouver la réalité de la faculté, d’autres à invalider ce potentiel, mais quelles que soient les conclusions des chercheurs, toutes ont fait l’objet de vives controverses. À ce jour donc, aucun consensus scientifique ne permet d’attester la validité de l’une ou de l’autre thèse : la précognition n’a pas été établie scientifiquement.

Il est important de bien insister sur un point. La précognition ne permet pas d’accéder à la connaissance de l’avenir par le biais d’une démarche scientifique.

Elle s’oppose sur ce point à la futurologie, qui a elle aussi pour objet le futur, mais parvient à sa connaissance par l’établissement de scénarios obtenus par une multitude de modèles scientifiques complexes. La futurologie repose sur le présupposé selon lequel les mêmes causes ont statistiquement plus de chances de produire les mêmes effets, et établit des conjectures à partir de tendances construites sur des scénarios antérieurs et des probabilités.

Par ailleurs, cette discipline n’examine pas les destinées individuelles, mais plutôt celle des sociétés. C’est là encore une autre différence majeure.

En somme, la précognition est la vision obtenue intuitivement par un individu à propos du futur d’un autre individu, vision qui peut s’élargir à un groupe ou une société. Et vous, quel est votre sentiment sur cette faculté ?

Facebook
Twitter
LinkedIn

Voyance

Les conseils de nos voyants les plus sérieux sur votre avenir.

Stanislas Delorme voyant

Tarot

En quelle contrée est né le tarot ? L’Égypte ? L'Inde ? l'Italie ?

Astro

Nous essayons ici de tout vous dévoiler sur les signes du zodiac. Horoscope, Séduction...