Rejoindre notre équipe

Vous avez du talent ?

Vous maitrisez un art divinatoire et vous aimez aider les autres ?

Vous souhaitez être libre de mettre votre talent au service des autres quand VOUS le souhaitez et non pas quand on vous l’impose ?

Alors déposez vite votre candidature pour rejoindre notre équipe !

Attention : vous devez obligatoirement être déclaré avec un numéro de SIRET personnel ou en portage salarial.

Une fois votre candidature déposée, nous vous recontacterons dans les meilleurs délais, à très vite

Nos actualités

La guidance médiumnique

Approche holistique, la guidance médiumnique est une pratique spirituelle et divinatoire qui vise à éclairer le chemin de vie d’un individu en lui révélant des informations relatives à son futur à la lumière de son passé karmique et des informations obtenues auprès de ses guides spirituels, et ce, dans le but de contribuer à la réalisation de ses potentialités et à son épanouissement dans cette vie.

Pratique : guidance médiumnique.
Praticien : médium guidant.
Techniques : analyse karmique, consultation des guides, lecture d’âme, soins énergétiques, etc.
Nombre de séances : 4 au minimum.

Qu’est-ce que la guidance ?

Dans le domaine spirituel, la guidance est l’accompagnement d’un individu au cœur de son parcours de vie, fondé sur la mise en relation du passé, du présent et de l’avenir afin de prendre en compte le chemin parcouru, l’état présent, les aspirations quant au futur du consultant. La guidance est dite médiumnique lorsqu’elle ajoute une composante spirite à cet accompagnement, qui passe par la connexion au monde des esprits afin d’obtenir d’eux des informations qui ne pourraient pas être connues autrement.

Pour être parfaitement congruente, la guidance doit parvenir à déterminer les valeurs profondes du sujet, définir ses besoins et examiner les ressentis émotionnels qui surgissent en lui. Grâce à cela, elle peut aider à a définition de directions respectueuses de l’identité du consultant, l’aider à construire un projet de vie satisfaisant et épanouissant.

Pour satisfaire à tous ses besoins, la guidance médiumnique s’est nourrie de l’apport de nombreuses traditions :

  • Elle puise dans les techniques divinatoires ancestrales, comme la numérologie ou l’astrologie, afin de situer l’individu sur différents plans, notamment celui de l’univers grâce aux astres, ou celui, arithmétique, de l’influence des nombres sur son existence.
  • Elle emprunte aux sagesses orientales la notion de karma et de réincarnation de l’âme, précisément pour le situer au sein du cycle des réincarnations et examiner avec lui quelles sont les actions qui, au cours de ses vies passées, pourrait expliquer sa situation actuelle et quelles actions, au cours de sa vie actuelle, pourrait l’améliorer en inscrivant.
  • Elle utilise les ressources de la médiumnité pour obtenir des guides des informations concernant l’avenir du consultant.
  • Elle peut également mobiliser la radiesthésie, les outils des thérapies énergétiques et même la lithothérapie pour aider au recalibrage énergétique du consultant.

La guidance médiumnique se situe donc à la confluence de plusieurs pratiques, telles que la lecture psychique, le coaching spirituel ou encore l’analyse karmique. Elle se nourrit de tous les outils qui permettent l’amélioration de la condition psychique, spirituelle, énergétique d’un individu.

Objectifs d’une guidance médiumnique

La guidance médiumnique a pour objectif d’aider une personne à se réaliser pleinement : tous les aspects (amoureux et affectifs, existentiels, énergétiques, professionnels) d’une vie sont connectés et contribuent à la construction d’une existence qui a du sens, dont chaque action a pour but le développement de la vie en soi et autour de soi, et est capable de résilience en cas d’obstacle, de déconvenue, d’échec, ou de deuil.

L’objectif n’est pas des « scorer » ni de « performer ». Le but n’est surtout pas de se conformer à une approche quantitative, ni de rechercher des performances, qui est l’un des pièges de notre société. Au contraire, il s’agit ici d’améliorer qualitativement l’existence d’une personne. Tout ne sera pas parfait, tout n’est jamais parfait, mais œuvrer à l’amélioration de ce qui peut l’être est la base de la sagesse.

La guidance sait que le passé explique le présent et conditionne le futur. Elle a précisément pour but premier de déconstruire ce passé si lourd à porter quand il n’est pas connu ou qu’il est incompris. Cet objectif atteint, elle entend déterminer la liste des actions à mener tous les jours dans le présent de vie du consultant pour corriger ce que le passé a laissé en héritage et changer le cours de l’avenir.

L’accompagnement a avant tout pour but d’apporter un éclairage : celui du chemin de vie d’une personne, en accord avec son identité. Dissiper les doutes, apprendre à composer avec eux, ne pas les chasser mais en faire des alliés puissants, et éviter qu’ils n’empêchent toute action et n’enferment le consultant dans l’immobilisme.

Le médium guidant est là pour fournir une assistance spirituelle et énergétique, des conseils, une lecture des vies antérieures, il interroge les oracles, guides ou esprits, et contribue à la création d’un nouveau parcours, qui servira à l’établissement de la vie future au sein de laquelle le consultant sera un acteur proactif.

Déroulement d’une guidance médiumnique

La guidance médiumnique est un processus codifié qui passe par 4 étapes incontournables. Les séances suivent donc le déroulement logique suivant (avec des aménagements en fonction des particularités du consultant) :

  1. Une phase d’écoute empathique et bienveillante : le plus souvent, le consultant vient avec un questionnement très dense, le guidant doit donc créer un climat de confiance pour l’aider à formuler ses interrogations et ses doutes. Parmi les questions, celles-ci sont récurrentes : « pourquoi suis-je si déprimé ? » ou bien : « Je me sens perdu, comment donner du sens à ma vie ? », ou encore : « J’ai tout pour être heureuse, pourquoi ne le suis-je pas ? ».
  2. Une phase analytique : le guidant met en relation les diverses interrogations du consultant, il crée des connexions et n’hésite pas à mettre en lumière certains aspects significatifs par leur récurrence ou leur proéminence. Il cherche des schémas. Il pose aux consultants de nombreuses questions.
  3. Une phase d’exploration et de mobilisation des ressources offertes par la divination et la médiumnité. Ici, il s’agit de chercher des informations dans les vies passées, d’y déceler des traumatismes ou des actions lourdes de conséquences sur le plan karmique, d’interroger les guides et d’interpeller l’au-delà. Toutes informations qui ne sont pas directement accessibles au consultant et qui doivent lui être révélées.
  4. Enfin, la définition d’un nouveau projet de vie constitue la dernière phase du processus. Celle-ci doit être établie en accord avec les valeurs profondes du consultant, et tenir compte de ses problématiques, des insatisfactions qu’il a formulées, des forces et faiblesses qui ont été mises au jour. Le guidant est là pour donner une direction logique et structurée à la réalisation des potentialités du patient.
  5. Facultative, la séance de bilan intervient généralement entre 6 mois et 1 an pour consolider le travail réalisé par le consultant, répondre à ses questions, consolider les actions menées.

Attention cependant aux dérives : la guidance médiumnique n’est pas une thérapie, et le guidant n’est pas un thérapeute. Il vous aide, c’est un conseiller avisé doté d’une grande variété d’outils mais il ne faut pas rechercher des soins psychologiques, ce qui relève d’une toute autre discipline. Bon accomplissement à vous !

Que voient réellement le médium et le voyant ?

Qu’il s’agisse d’une prémonition ou d’une communication établie avec un défunt, ce que l’on range couramment sous la bannière des perceptions extrasensorielles est un continent totalement inconnu pour le commun des mortels, pour tous ceux qui ne « voient » pas. De fait, ces questions fascinent le profane : comment un médium voit-il les esprits ? sous quelle forme les prédictions se manifestent-elles chez le voyant ? C’est précisément ces aspects de leur univers que nous allons décrire maintenant.

Avertissement : Parler d’une prédiction ou d’une vision avec précision est difficile : c’est un peu comme si une personne essayait de décrire une perception obtenue à l’aide d’un sens dont une autre serait privée, à la manière d’un voyant qui voudrait parler d’une couleur à quelqu’un qui n’aurait jamais connu la vue. On peut y arriver de manière métaphorique, et, à force d’efforts et de mots, s’approcher très près de la réalité de la chose, mais il subsistera toujours une part d’inconnaissable. C’est exactement dans cette situation que nous nous trouvons.

Des médiums décrivent ce qu’ils voient

Voyons à présent de quoi il en retourne en commençant par le médium. Que voit celui-ci quand il parle des esprits et des défunts ? La première difficulté, c’est l’hétérogénéité des perceptions : tous ne communiquent pas de la même façon. Pour dépasser ce premier obstacle, nous allons nous concentrer sur le témoignage d’une médium célèbre et fiable, Anne Tuffigo, connue pour son engagement associatif et son honnêteté.

Quand elle parle du lien qu’elle a tissé avec les défunts, ou, pour être plus juste, du lien qui s’est imposé à elle du fait de sa capacité à les percevoir de manière spontanée, elle explique qu’au moment où la communication est établi, un ou plusieurs de ses cinq sens sont sollicités exactement comme si la perception était réelle.

Mes cinq sens fonctionnent, ils sont au service du plan invisible. Je peux voir un défunt visuellement, je peux le visualiser à une période de sa vie, tel qu’il peut m’apparaître, je peux l’entendre aussi. […] Je retranscris mot pour mot ce que j’entends. Ça peut être aussi une odeur, ou une sensation : je vais sentir qu’on me frôle l’épaule par exemple.

Propos d’Anne Tuffigo recueillis par France 3 Normandie

On voit ici que son ressenti mobilise des stimuli visuels, exactement comme si la médium voyait le défunt, mais aussi l’ouïe, ou encore l’odorat ou des sensations physiques assimilables au toucher. Chez elle, la perception emprunte les canaux habituels : bien que situés sur un autre plan, les esprits s’adressent à elle d’une façon qui déclenche des réceptions physiologiques semble-t-il en tous points comparables à celles que nous avons dans notre vie quotidienne.

La célèbre Patricia Darré décrit une expérience tout à fait similaire. Quand elle parle de son tout premier contact avec un Esprit (elle ne comprend même pas ce qui lui arrive), elle explique : « Alors que j’étais en train de m’endormir, j’entends une voix, mais pas dans ma tête, mais dans la chambre, à côté de moi ». Elle est d’ailleurs, à l’instant où cela se produit, totalement incapable de distinguer cette manifestation spirite d’une perception auditive normale (dont elle cherche la source) en fouillant la pièce où elle se trouve.

Quand elle parle de ce qu’elle voit, elle insiste là encore pour montrer en quoi ces visions médiumniques sont proches de la réalité, jusqu’à parler de confusion. Elle voit ainsi des fantômes, et les perçoit à la façon dont elle percevrait un autre être humain, à ceci près que leur matérialité est moins concrète. La seule distinction qu’elle opère concerne leur épaisseur : ils lui apparaissent fréquemment en deux dimensions, sous une forme plane. Au moment d’un échange (verbal), souvent il (le fantôme, l’Esprit) lui apparaît dans les vêtements qu’il portait durant sa vie, parlant le langage qu’il parlait à l’époque de son existence, entourée des objets et des souvenirs qui furent les siens.

Ces deux témoignages dessinent une vision de leurs communications avec l’au-delà somme toute (et sans mauvais jeu de mots) très terre-à-terre. Rien de spectaculaire dans leur récit, les esprits se manifestent à eux presque comme le feraient les vivants.

Ce que voit un(e) voyant(e)

Les récits des voyant(e)s sont bien moins homogènes. Il y a ceux qui vont évoquer leurs flashs, faisant par là référence à la dimension à proprement parler visuelle de leurs perceptions extrasensorielles : le flash est alors une image intérieure, une photo dont le sujet se forme petit à petit sur la surface impressible de leur œil intérieur et qu’ils peuvent contempler l’espace d’un court instant.

Mais il y a aussi ceux qui vont évoquer des émotions d’intensités variables, des ressentis, des intuitions comme base de leurs prémonitions. Leur vécu de la prédiction passe en priorité par le vecteur de l’émotion, mais pas seulement. À cette première approche s’ajoute des expériences de l’ordre de la sensation : odeurs, sons, toucher, une grande variété de sensations, plus ou moins fugaces, va accompagner les émotions qui se forment en eux.

Ceux-là expliquent qu’ils ne voient pas, au sens courant que l’on donne à ce terme : ils font une expérience profonde de ce futur dont ils discernent les contours par petites approches successives, en écoutant leurs ressentis, en les accueillant et en les laissant se déployer en eux. A partir de cette première expérience totalement intérieure ils vont pouvoir exprimer ce qui s’impose à eux et le transmettre au consultant sous la forme d’un discours ou d’un récit structuré.

En somme, tandis que les médiums voient (et entendent) clairement les Esprits avec qui ils communiquent, d’une manière très similaire à celle dont nous percevons les personnes et le monde qui nous entoure, de leur côté, les voyants ressentent de manière plus intime et intérieure ce futur qu’ils entrevoient également grâce à des perceptions.

Tarot

En quelle contrée est né le tarot ? L’Égypte ? L'Inde ? l'Italie ?

Astro

Nous essayons ici de tout vous dévoiler sur les signes du zodiac. Horoscope, Séduction...