Médiumnité, quand la science confirme, le best-seller de Julie Beischel

couverture du livre Médiumnité, quand la science confirme de Julie Beischel

L’ouvrage Médiumnité, quand la science confirme de Julie Beischel entend apporter une preuve décisive dans le processus de validation scientifique de la médiumnité en tant que moyen de communication avec les âmes défuntes. Ce faisant, le livre en vient également à démontrer que l’âme survit bien après la mort, ce qui validerait l’hypothèse qu’elle est indépendante de la matière qui la contient momentanément.

Julie Beischel est titulaire d’un Doctorat en Pharmacologie et Immunologie obtenu à l’Université d’Arizona. Plutôt que d’embrasser une carrière lucrative dans l’industrie pharmaceutique, elle décide de s’investir dans l’étude approfondie de ce qu’elle nomme la « conscience », et d’enquêter sur ceux qui déclarent être parvenus à communiquer avec les défunts : les médiums.

Le livre Médiumnité, quand la science confirme est paru aux éditions Guy Trédaniel. Il a été traduit par Jocelin Morisson, qui est aussi un auteur et un journaliste scientifique. Il est précédé d’un Préface écrite par le journaliste français Stéphane Alix (auteur de Le Test – Une expérience inouïe : la preuve de l’après-vie) et fondateur de L’Institut de recherche sur les expériences extraordinaires (INREES) qui a pour mission d’enquêter, en collaboration avec des scientifiques, sur l’expérience de l’inexpliqué et de l’extraordinaire.

Prouver scientifiquement la médiumnité

L’objet du livre de Julie Beischel est de vérifier scientifiquement que les prétentions des médiums sont fondées. Elle affirme le prouver de façon irréfutable grâce aux investigations rigoureuses qu’elle a menées et à la validation de ces expériences dont le respect des protocoles scientifiques actuellement en vigueur fonde la valeur.

Cette déclaration est un tournant décisif dans l’histoire de l’humanité, et d’autres investigations vont suivre pour approfondir les résultats obtenus.

Totalisant 15 années de recherche, la scientifique a ainsi passé à l’épreuve du feu l’affirmation au fondement de la médiumnité, à savoir la communication verbale avec les défunts. Un échange a bien été prouvé.

Mais cette découverte scientifique est surtout le corollaire d’une plus grande découverte, si tant est que l’on puisse appeler découverte ce qui ne fait que donner raison aux résultats des expériences de mort imminente vécues par de nombreux individus et aujourd’hui largement documentés par le monde médical, ou à la tradition millénaire et multiculturelle de l’expérience médiumnique. Il s’agit de la survivance de la conscience, siège de l’être immatériel que la science enfermait jusque-là dans le cerveau et dont elle déclarait la mort au moment de celle de son enveloppe.

Car affirmer que des médiums ont réussi à communiquer avec la conscience des défunts, c’est affirmer que cette conscience a persisté au-delà de la mort. Avec tout ce que l’on peut imaginer de conséquences et de remise en question pour notre civilisation de la rationalité.

Les conditions de l’expérience

Le titre du livre Médiumnité, quand la science confirme, insiste bien sur le fait que la preuve obtenue l’a été dans le cadre d’une expérience scientifique. Quel est le protocole de cette expérience ?

En termes simples, Julie Beischel, titulaire d’un Doctorat et qui a à ce titre une formation scientifique de niveau universitaire, a défini les contours de ce que serait une preuve irréfutable. Pour qu’une communication avec un défunt soit attestée, il faut que le médium obtienne des informations connues seulement du défunt lui-même et de l’un de ses proches, et que cette information soit impossible à obtenir par la déduction, par des investigations ou par quelqu’autre moyen qui ne relèverait pas d’une expérience de communication médiumnique.

La première étape a donc consisté à recueillir, auprès de chacune des familles dont le défunt allait être « contacté » par un médium mental, quatre informations cruciales sur ce dernier, qu’eux seuls étaient à même de connaître, puis à demander à ce médium de répondre à des questions relatives aux informations préalablement obtenues. Il s’agissait pour le médium de demander au défunt les causes et circonstances de sa mort, à quoi il ressemblait de son vivant, d’évoquer des traits de sa personnalité, et de parler d’un loisir auquel il aimait s’adonner.

Pour affirmer que les médiums sont dans le vrai, qu’ils n’affabulent pas ou ne se laissent pas abuser par des impressions subjectives, il fallait obtenir d’eux qu’ils puissent rapporter de leurs conversations des informations tangibles qu’il était impossible d’obtenir autrement. Ce qui fut le cas.

Et les expériences ont été menées en double aveugle, ce qui est un protocole scientifique rigoureux destiné à éviter que les croyances des intervenants ne faussent les résultats.

Médiumnité, quand la science confirme, de Julie Beischel, est un livre qui ouvre un tout nouvel univers à notre civilisation. En restaurant l’idée de la survivance de l’âme, il élargit la notion de conscience, qui devient cette entité immatérielle qui ne peut plus être réduite à la matérialité de nos corps.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Voyance

Les conseils de nos voyants les plus sérieux sur votre avenir.

Stanislas Delorme voyant

Tarot

En quelle contrée est né le tarot ? L’Égypte ? L'Inde ? l'Italie ?

Astro

Nous essayons ici de tout vous dévoiler sur les signes du zodiac. Horoscope, Séduction...